APAR ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

APAR ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

APAR INFOS


APAR INFOS N°24

 

A.P.A.R.

 

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

 

A.P.A.R. INFOS N°24

http://apar.blog4ever.com

 

 

Chers amis plaisanciers,

 

En cette fin d’année la loi Notre refait parler d’elle après avoir entraîné beaucoup de polémiques sur la taxe mouillage qui concernait spécifiquement notre région et qui a pu être retiré grâce à la mobilisation des plaisanciers par pétition et intervention efficace de l’UNAN.

 

Vous trouverez joint à ce nouveau bulletin l’article paru dans l’Indépendant d’hier aimablement transmis par notre ami Michel HARRIAGUE.

 

Ainsi donc le port d’ARGELES par l’effet de la loi va être géré par l’intercommunalité, malgré les protestations de la municipalité, le préfet ne semble pas laisser d’alternative.

 

Sans vouloir vous faire de polémiques ou même donner un avis politique qui serait hors de propos pour notre association, je note néanmoins que l’ensemble des députés socialistes ont voté cette loi et que le recours devant le conseil constitutionnel effectué par les députés de droite n’a pas concerné l’article 22 de la loi du 7 août 2015 concernant spécifiquement ce problème.

 

Il semble dès lors qu’il y eut un consensus pour ce changement, que certains peuvent analyser comme un éloignement entre l’Assemblée nationale et les communes.

 

Quelle va être la conséquence de ce changement pour les plaisanciers, pour même les résidents du port ou encore les commerçants comme indiqué dans l’article ?

 

En réalité nous n’en savons rien, doit on redouter nouvelle augmentation des locations d’anneaux, que peut-on espérer de communes non littorales plus attirées par les vignes que par la mer ?

 

Nous savons par l’examen du budget de la Régie, qu’une somme importante est versée par cette dernière à la commune, si ces sommes partent vers l’intercommunalité que vont-elles devenir, alors que normalement le budget doit être affecté et que se pose le sérieux problème de la réfection de la digue nord.

 

D’un autre côté on pourrait par contre espérer un financement de l’intercommunalité pour la réfection des quais, que la commune n’a pas les moyens actuellement de réaliser compte tenu d’autres investissements importants qui sont programmés au village et au quartier du port.

 

Beaucoup d’interrogations, peu de réponses pour l’instant, mais je pense que très rapidement les acteurs politiques pourront nous fixer.

 

Je vous souhaite à tous un joyeux Noël et d’excellentes fêtes.

 

Bien amicalement.

 

Robert RIVES

23 décembre 2016

 

Gestion des ports : Saint-Cyprien et Argelès-sur-mer dans l’impasse

 

LITTORAL. La loi NOTRe prévoit le transfert de la gestion des ports aux communautés de
communes au 1er janvier. La mesure, qui n’a pas été anticipée, soulève une vague de protestation.

 

Dans le courrier qu’il a adressé aux maires le préfet des Pyrénées-Orientales précise les trois critères qui
définissent les zones d’activités portuaires. D’abord un aspect géographique qui prévoit « une cohérence
d’ensemble et un périmètre défini compris pour tout ou partie dans les limites administratives du port. »
Puis économique : « c’est une zone destinée à accueillir des activités économiques pour développer
de façon cordonnée une offre économique spécifiquement portuaire. Tous les ports communaux
sont concernés, qu’ils soient de pêche, de commerce ou de plaisance. » Enfin un critère organique : « cette
zone est aménagée par la puissance publique, quelle que soit la nature des activités (publique ou privée)
pour coordonner les activités portuaires. »


Des délibérations votées


Dans les Pyrénées-Orientales, il semble que seuls Saint-Cyprien et Argelès soient concernés.
Cependant, par mesure préventive, Canet-enRoussillon a voté, lundi dernier, une délibération de
maintien sous compétence municipale de la gestion de la plaisance. Le pole nautique (qui prend en charge
les activités économiques du port) est déjà sous compétence communautaire. Bien que visiblement
pas concernée, la station de Banyuls-sur-Mer avait délibéré dans ce sens le 12 décembre dernier.
Président de la fédération française des ports de plaisance, le Cyprianenc Serge Pallarès annonce que
les ports intérieurs et les ports du Léman s’apprêtent également à voter de telles délibérations, comme le
Grau-du-roi l’a fait voilà quelques jours. Par ailleurs, une réunion extraordinaire du conseil d’administration
des ports d’Occitanie est programmée le 25 janvier à Gruissan. À l’ordre du jour : la loi NOTRe et ses
conséquences sur les collectivités.

 

Le couperet est tombé en début de semaine. Un courrier du préfet des Pyrénées-Orientales daté du
16 décembre arrive effectivement dans les mairies d'Argelès-sur-Mer et Saint-Cyprien.
L’objet : le transfert de la compétence zone d’activité portuaire aux communautés de commune, imposé par la loi NOTRe
(instaurée en 2015) et qui doit être effectif au 1er janvier 2017.
Si, comme le concède Antoine Parra, maire d’Argelès-sur-mer, « on en parlait depuis quelques jours », les élus ne pensaient pas
être sommés d’agir si vite. Mardi après-midi, avec Thierry Del Poso, son homologue de Saint-Cyprien, ils sont reçus par le préfet.

Ce dernier leur confirme que l’arrêté pré- fectoral concernant ce transfert leur sera envoyé dans les prochains jours.

Il s’engage à mener un travail individuel « avec chaque élu en fonction de chaque situation. » Une rencontre fructueuse
pour les deux maires qui louent tout deux cette initiative et « le sens de l’écoute », du premier représentant de l’État.
Pour autant, elle ne leur a pas permis d’y voir très clair. C’est l’interprétation du terme zone d’activité portuaire qui pose problème.

« Si elle concerne les zones techniques des ports, pas de problème », souligne Thierry del Poso. « Le conseil municipal de Saint-Cyprien
a d’ailleurs voté la semaine dernière ce transfert à la communauté de commune. » Or, d’après ce qu’ont compris les deux maires,
la fameuse zone d’activité portuaire engloberait tous les commerces qui jouxtent les ports.
C’est là que le bât blesse. « Comment imaginer que les résidences et les boutiques sur le port passent sous compétence communautaire ? », s’interroge
Antoine Parra. « Qui va s’occuper des petits travaux de voirie ? »
Alors que Saint-Cyprien et Argelès ont conservé la compétence pour la promotion touristique de leurs stations, leurs maires peinent à admettre qu’ils vont devoir
céder la gestion des ports aux intercommunalités.

■ Une « spoliation »


« On me prive de l’outil essentiel autour duquel s’est construite la station et sa promotion ! », regrette Thierry Del Poso. « C’est une spoliation de notre destin
communal », ajoute Antoine Parra qui craint pour l’avenir d’Argelès-la-naturelle.
« Nous sommes engagés dans une démarche environnementale, nous avons refusé la construction d’un troisième bassin. C’est une forte volonté municipale. Mais qui
peut nous assurer que la communauté de communes poursuivra le même but ? » Le 15 décembre dernier, le conseil municipal d'Argelès-sur-Mer a d’ailleurs voté à
l’unanimité (moins deux abstentions), le maintien du port sous compétence communale. Pour 2017, 500 000 € de recettes (anneaux et loyers des terrasses) ont été budgétés.

Des investissements sont également prévus et des demandes de subvention sont en cours. Pour l’instant, tout est gelé.
Le maire attend d’en savoir plus sur les conditions de ce transfert.
Quant à celui de Saint-Cyprien, il espère « plus qu’une simple indemnisation.
L’intercommunalité n’a qu’à m’acheter le port ! », lance-t-il excédé. Il a d’ailleurs invité l’ensemble des maires du littoral à se retrouver à Saint-Cyprien le 4 janvier « pour
déterminer une position commune et les actions à mener. »




23/12/2016
0 Poster un commentaire

APAR INFOS 23

 

A.P.A.R.

 

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

 

A.P.A.R. INFOS N°23

http://apar.blog4ever.com

 

 

Chers amis plaisanciers,

 

Je vous avais annoncé dans ma dernière lettre du 29 novembre 2016 que devait avoir lieu le conseil portuaire qui nous permettrait d’affiner certaines propositions et obtenir des informations sur les travaux envisagés tels qu’ils avaient été annoncés lors du conseil d’exploitation.

 

Malheureusement je n’ai pas été convoqué au conseil portuaire du 6 décembre auquel j’aurais pu me rendre ou déléguer un membre de l’association.

 

Ce n’est que par l’amitié de Pierre Ricard que j’ai pu voir le document qui a été distribué, que peut-être on m’enverra comme on m’avait promis de m’envoyer le compte rendu du conseil d’exploitation.

 

Y a-t-il difficulté avec la mairie, je n’en sais rien, y a-t-il eu un oubli, il serait regrettable mais le fait est là.

 

Il est toujours difficile de présider une association qui manifeste un certain nombre de revendications, qui souhaite des améliorations, alors que tout est fait dans le sens du bien commun en faisant remonter les remarques des adhérents. Certes le président est en première ligne mais il n’est que le mandataire de ses membres.

 

Du côté des mairies il y a toujours pour les politiques la peur d’être critiqué, ce sont des élus qui souhaitent leur réélection et qui sont très sensibles à ce qui peut être dit. Je le comprends parfaitement mais comme personnellement je n’ai aucune ambition, je pense que l’on peut se dire les choses en toute amitié et sans polémique.

 

Je le dis pour être clair, pour éviter toute ambiguïté.

 

Dans le document remis au conseil portuaire, il est fait état de la création, que nous réclamons depuis longtemps , du CLUPP, avec la liste des noms de ceux qui se sont manifestés auprès de la capitainerie.

 

Malheureusement des noms sont absents et notamment le mien comme celui de Monsieur KERLOGOT, alors que nous nous sommes manifestés depuis longtemps.

 

Et nous trouvons que cela fait beaucoup d’oublis.

 

 

 

 

 

 

Aussi je vous renvoie le document qu’il convient de renvoyer à la capitainerie, pour que nous soyons le plus nombreux possible. Espérons que la convocation soit en mai ou juin car beaucoup de propriétaires de bateaux ne sont pas d’Argelès et de préférence un samedi pour avoir le plus de participants possibles.

 

D’autre part, j’ai appris toujours par la bande que les nautiques 2017 auraient lieu les 10 et 11 juin, une première réunion d’organisation aurait lieu en janvier, j’espère que nous serons conviés comme l’an passé et que nous pourrons proposer une activité adéquate.

 

Nous avions envisagé en 2016 des puces nautiques, celles-ci pourraient être mise en place samedi en permettant même à ceux qui participent à des régates, de prendre en charge les objets qu’ils souhaiteraient vendre.

 

Je joins à cet envoi une photo d’un arlésien que j’ai récupéré sur Facebook, elle est intéressante car elle montre pourquoi nos bateaux sont salis par les oiseaux et surtout les voiliers.

 

Je profite de cette période pour vous souhaiter à tous d’excellentes fêtes.

 

Bien amicalement.

 

 Robert RIVES

 

Le 13 décembre 2016


13/12/2016
0 Poster un commentaire

APAR INFOS 22

A.P.A.R.

 

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

 

A.P.A.R. INFOS N°22

http://apar.blog4ever.com

 

 

 

 

Chers amis,

 

Je vous adresse le compte rendu du dernier conseil d’exploitation de la régie, auquel je n’ai pu participer en raison de mes obligations professionnelles, mais Pierre Ricard qui représentait le yacht club, mais qui est également membre de l’APAR, a fait un compte rendu que je vous adresse vous y trouverai non seulement le budget mais aussi et je pourrais dire surtout la liste des travaux qui sont prévus pour 2017.

Vous constaterez qu’ils sont importants et que surtout sont enfin prévus des sanitaires pour les bateaux situés digue sud. Vous remarquerez également que bon nombre de nos réclamations ont été pris en considération, ce qui justifie encore plus l’utilité de notre association.

 

Le point négatif est l’augmentation des tarifs pour 2017 de 2 %.

Il n’y a rien eu à faire pour éviter cette augmentation, qui sera à nouveau présenté devant le conseil portuaire, mais celui-ci n’est qu’un organe consultatif.

Il est bien évident que cette augmentation annuelle est excessive dans la mesure où l’inflation n’est que de 0,4 % et que rien ne justifie dans le budget de la Régie qui pour 2016 se partage avec la SAGA .

En effet dans la mesure où il y a des bénéfices il n’y a aucune raison d’augmenter plus que l’inflation qui avait déjà été dépassée les années précédentes.

Nous sommes le deuxième port le plus cher de la côte et à titre d’exemple le port de La Grande Motte n’a prévu aucune augmentation pour 2017.

 

C’est un sujet qu’il convient de surveiller de près.

 

Autres informations, les travaux des alentours du port, c’est-à-dire les places et les quais qui sont pour certains en très mauvais état ne feront l’objet d’aucune rénovation pendant cette mandature municipale.

 

En effet des grands travaux vont être entrepris au village et pour ce que l’on appelle le quartier du port.

Des constructions vont être effectuées du chemin de Charlemagne jusqu’au grand parking où cet été était installé le cirque.

Ce parking est destinée à disparaître ce qui ne va pas manquer de poser des problèmes de stationnement.

Car sur une partie du parking actuel, qui est un parking sauvage, va être installé un stade de football, pour remplacer celui qui est dans le centre du village, il n’est pas très visible, mais il va devenir un parking pour remplacer celui de la place Gambetta.

Des gros travaux d’aménagement du centre du village vont avoir lieu, avec une répercussion près du port.

 

 

 

 

Il est évident que la suppression de ce grand parking va poser des problèmes aux plaisanciers puisque le parking du même nom va se retrouver quasiment le seul et sera nécessairement utilisé par des personnes qui n’ont pas de bateau comme par exemple des vacanciers hébergés dans la résidence Maéva.

Et le parking spécifiquement réservé avec badge est extrêmement petit, nécessitant certainement à terme d’étendre une partie de la zone technique au stationnement sécurisé des plaisanciers et notamment de longue durée.

 

Vous voyez chers amis, notre association va encore avoir du travail, elle sera soucieuse de vos intérêts avec un partenariat constructif avec la mairie.

 

Bien amicalement à tous.

 

Robert RIVES.

Le 29 novembre 2016.

 

 

 

 

 

 

 

                                                           COMPTE RENDU REUNION

                             CONSEIL D’EXPLOITATION DE LA REGIE DU PORT ARGELES

                                                                   8 novembre 2016

 

 

                                                                  --------------------------

 

 

     Ordre du jour : Présentation  et approbation des budgets 2017 & Projets d’investissements.

 

 

 

                           La réunion s’est déroulée salle des commissions à la Mairie d’Argelès sur Mer

Présidée par M. Le Maire et Le Président du Conseil d’Exploitation de la Régie : Marc Séverac en présence des membres du Conseil à l’exception de M. Robert Rives excusé.

                           La séance a été ouverte par M. Marc Séverac qui immédiatement s’est excusé de ne pas avoir pu nous transmettre les budgets quelques jours avant pour pouvoir les étudier, situation qui ne se renouvellera pas dans l’avenir.

                            Cette présentation avait un caractère particulier car elle faisait le pont entre la gestion de la Saga et la passation en Régie. Gestion pour la Régie qui porte sur 7 mois sur 12. Cette transition n’a fait l’objet d’aucun commentaire.

                            Globalement le budget est un budget équilibré et conforme à la réglementation en vigueur pour une Régie.

                            Une discussion sérieuse a eu lieu concernant le pourcentage d’augmentation des redevances portuaires des plaisanciers. Là, M. le Maire est intervenu directement en développant deux arguments pour défendre cette augmentation de 2 % : Alignement et harmonisation de ce taux conforme aux autres augmentations pratiquées par la Mairie dans les autres domaines puisque la Régie fait parti intégrante de la gestion communale, le deuxième argument la réfection de la digue du port (travaux importants qui font l’objet d’une expertise en cours) à savoir qu’auparavant l’entretien de la digue n’incombait pas à la SAGA mais à la Mairie.

                        Il faut noter que l’apport de la Saga se situe autour de 1 200 000 €. Les redevances de 150 000 à 360000 €.

                        La prévision des investissements et le détail (à voir en pièce jointe) pour 2017 est de 465 000 €.

  

                        Ces chiffres seront présentés au Conseil Portuaire du 6 Décembre. Par ailleurs, M. Le Maire a confirmé la convocation du CLUPP (Comité local des Usagers Permanents du port, Disposition réglementaire Art. 622-3 du Code des Ports Maritimes) pour élire leurs 3 représentants et 3 suppléants.

 

                        Vous trouverez en pièces jointes : le Budget prévisionnel 2017 et le tableau chiffré des investissements pour 2017.

 

                         Ce 09.11.2016 -  Pour Ycar – Pierre Ricard

 

                           

 


29/11/2016
0 Poster un commentaire

APAR INFOS N° 19

¨¨

A.P.A.R.

 

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

 

A.P.A.R. INFOS N°19

http://apar.blog4ever.com

 

 
 
 
 
Je vous adresse la note de synthèse d'un rapport de la députée Chantal Guittet sur la SNSM,que vous pourrez lire dans son intégralité sur le site de l'UNAN.
Vous verrez qu'il est proposé une taxe (encore une) sur les plaisanciers, gentiment dénommée "contribution sauvetage"
A ARGELES qui a vu supprimer sa vedette puis son semi rigide ultra rapide au profit de Saint Cyprien qui se voit doté de deux bateaux, nous seront plus que réticent à nous faire taxer.
Bien à vous
ROBERT RIVES
 

SYNTHESE 

La Société nationale de sauvetage en mer (SNSM), association de la loi de 1901, occupe une place centrale dans l’organisation du sauvetage en mer en France dont elle assure près des deux tiers des interventions de secours effectuées par des moyens nautiques.

Son modèle, fondé sur le bénévolat et sur le principe de solidarité entre « gens de mer » hérités des premières sociétés de sauvetage, risque d’être remis en cause par les difficultés de financement de l’association dont les coûts ont fortement augmenté ces dernières années pour répondre aux exigences techniques du sauvetage en mer moderne.

Le budget annuel de la SNSM est aujourd’hui de 30 millions d'euros (M€), financé pour 30 % par des fonds publics et pour 70 % par des ressources privées. La subvention de fonctionnement de l’État qui a la responsabilité de la mission de sauvetage en mer, en vertu des conventions internationales qu’il a ratifiées (Solas 1974 et Hambourg 1979), est restée stable depuis une dizaine d’années à 2,2 M€1, soit moins de 8 % du budget actuel de l’association.

Le risque sur les autres sources de financement est élevé du fait de l’incertitude sur le maintien des subventions des collectivités territoriales dans le cadre de la loi NOTRe, qui a supprimé la clause de compétence générale, et de la difficulté croissante à mobiliser les dons individuels et le mécénat d’entreprise.

Vu l’importance de la SNSM pour la mission de service public du sauvetage en mer, le Premier ministre m’a confié une mission sur la « pérennité du modèle de la SNSM » avec trois axes de réflexion : le renforcement des ressources issues du secteur privé ; le renforcement de la contribution des collectivités territoriales et leurs regroupements ; la politique de formation des bénévoles.

Après de nombreuses auditions avec l’ensemble des parties directement concernées par le sujet et un déplacement effectué sur les trois façades maritimes de métropole, des propositions peuvent être formulées visant à maintenir un modèle

1 2,3 millions d'euros étaient prévus en loi de finances initiale pour 2015 et 2016. La loi de règlement du budget 2015 fait état de crédits consommés à hauteur de 3,67 M€ en autorisations d'engagement et 2,17 M€ en crédits de paiement. La subvention à la SNSM a été complétée en cours d’année 2015 d’une subventionexceptionnelle d’investissement de 1,5M€. Compte tenu des délais liés aux chantiers de modernisation des moyens nautiques, aucun crédit de paiement n’a été payé en 2015 sur cette subvention exceptionnelle.

page3image21840

d’organisation du sauvetage, jugé très pertinent et peu coûteux pour les finances publiques et pour lequel il n’existe pas d’alternative crédible.

Elles ont rapport au financement, à la politique de formation des bénévoles et à la gouvernance de la SNSM, ainsi qu’à l’accompagnement par l’Etat de leur mise en œuvre.

En ce qui concerne le financement, il est proposé de mettre en place une « contribution-sauvetage » financée directement par les usagers de la plaisance et des loisirs nautiques. Cette contribution d’un montant individuel modeste aurait pour effet d’élargir l’assiette des contributeurs et de responsabiliser les usagers.

D’autres propositions consistent à inciter plus fortement les dons individuels dans le secteur de la plaisance et des loisirs nautiques qui est le premier bénéficiaire de l’action de la SNSM, ainsi que le mécénat d’entreprise. Ils représentent à eux deux plus de la moitié du financement de l’association.

Il est aussi suggéré une réduction des coûts par des économies sur le fonctionnement général et par une meilleure efficience du dispositif opérationnel et technique, ainsi qu’une possible augmentation des recettes commercialesd’assistance maritime.

Ces propositions n’empêcheront pas la nécessité de relever la contribution de l’Etat à hauteur de 25 % d’un budget annuel de la SNSM stabilisé à 30 M€ soit 7,5 M€, par le biais de recettes fiscales affectées.

Deux propositions s’appliquent à la politique de formation de la SNSM. Elles visent à la reconnaissance de ses formations et de ses centres de formation par les dispositifs de la formation professionnelle.

Enfin, il est suggéré à la SNSM de revoir sa gouvernance avec un objectif de plus grande ouverture de l’association vers ses bénévoles actifs, ses financeurs publics et privés, ses grands partenaires et, plus généralement, ses membres donateurs.

Rapport au Premier ministre sur la pérennisation du modèle de la SNSM 


22/07/2016
0 Poster un commentaire

COMPTE RENDU CONSEIL D'EXPLOITATION

 

A.P.A.R.

 

ASSOCIATION DES PLAISANCIERS ARGELES RACOU

 

A.P.A.R. INFOS N°17

http://apar.blog4ever.com

 

 

Toulouse, le 6 juin 2016

 

 

Monsieur Pierre AYLAGAS m’avait demandé l’an passé  si j’acceptais de faire partie du conseil d’exploitation du port qui devait mis en place après le passage de la gestion du port d’une SEM ( SAGA) en régie municipale.

 

Le 3 juin a eu lieu la première réunion de ce conseil d’exploitation faisant suite à la décision du conseil municipal du 19 novembre 2015 de créer une régie au lieu et place de la SEM.

 

Ce conseil d’exploitation comprend 9 élus du conseil municipal dont monsieur le maire et 6 représentants des professionnels du port ou associations.

 

Certes nous sommes minoritaires mais nous pouvons à l’occasion faire remonter les désidératas des plaisanciers.

 

Parmi les 6 membres non conseillers municipaux, nous trouvons l’APAR, l’YCAR, un représentant des professionnels de la zone technique, un des commerçants, etc…

 

Nous avons tout d’abord approuvé les statuts de la régie qui déterminent le périmètre d’exploitation permanente incluant le plan d’eau, les quais, les mouillages, les locaux de la capitainerie, la zone technique et les ouvrages de protection du port en mer, c’est-à-dire les digues.

 

Il y a par conséquent unité de gestion puisque préalablement les digues étaient de la compétence de la mairie.

 

Le 2ème périmètre est celui de desserte des lieux d’exploitation.

 

Nous avons ensuite procédé à l’élection du président du conseil d’exploitation, un seul candidat élu à l’unanimité Monsieur Marc SEVERAC ; la vice-présidente également seule candidate , élue à l’unanimité Madame Isabelle MORESCHI, tous deux conseillers municipaux spécialement chargés du port.

 

D’autre part, devait être votée l’affectation des biens immobiliers à la régie et la redevance locative.

 

En effet il nous a été soumis une convention entre la commune d’Argelès et la régie qui est dotée de l’autonomie financière au terme de laquelle la commune d’Argelès affecte à la régie du port d’Argelès les biens immobiliers nécessaires à son exploitation, bâtis et non bâtis.

 

 

 

 

 

 

Cette affectation est assortie d’un loyer déterminé en fonction de la valeur locative des biens affectés.

 

La base d’imposition foncière s’élevait au 31 décembre 2015 à 167.676 euros, soit une valeur locative cadastrale de 335.552 euros.

 

Aussi le loyer de base pour l’année 2016 est arrêté à 335.552 euros.

 

Sur mon interrogation, il nous a été précisé qu’auparavant la SAGA versait à la mairie une  somme de 175.000 euros et que les bénéfices étaient d’environ 160.000 euros.

 

On voit ainsi que le port devient maintenant un élément de financement de la commune.

 

J’ai également demandé quelle était la taxe foncière qui avait été réglée en 2015. ; le chiffre serait environ de 60.000 euros .

 

Il sera donc nécessaire que nous fassions les recherches et notamment en demandant les PV du conseil portuaire que nous n’avons jamais reçus et si les sommes qui nous ont été demandées au titre d’avances correspondent à l’augmentation que nous avons subie l’an dernier.

 

Il convient toutefois d’indiquer que pendant très longtemps la SAGA n’a pas versé de taxe foncière.

 

D’autre part, la digue étant maintenant avec la même administration que le port, j’ai interrogé Monsieur le Maire sur l’issue de la procédure devant le tribunal administratif en raison des désordres constatés sur cette digue.

 

Nous savions qu’il avait été accordé par le tribunal administratif une somme de 1.100.000 euros qui a été encaissée il y a fort longtemps par la mairie.

 

D’après les renseignements qui nous ont été donnés, la cour d’appel administrative aurait accordé 1.200.000 euros, ce qui ne représenterait qu’environ 100.000 euros supplémentaires alors que le rapport d’expertise évaluait les travaux à environ 4.000.000 euros.

 

Il y a aura par conséquent des travaux importants à réaliser avec une interrogation : qui va financer ?

 

Nous avons pu également reparler du CLUPP en insistant auprès de Monsieur le Maire de la nécessité de convoquer ceux qui ont écrit à Monsieur JEANJEAN indiquant qu’ils étaient demandeurs à faire partie du CLUPP.

 

Il conviendrait que le maire réunisse toutes ces personnes début juillet pour que les représentants au conseil portuaire soient des membres du CLUPP.

 

Le CLUPP est obligatoire, il est prévu par le code des ports, même si avec le CLUPP, le conseil portuaire, et le conseil d’exploitation , il est probable qu’il sera dit à peu près la même chose à tout le monde et souvent avec les mêmes participants.

 

 

 

 

 

 

 

 

D’autre part les interrogations appuyées ont encore concerné les emplacements à proximité de la digue sud et notamment le problème des sanitaires et des points d’électricité.

 

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’indiquer, la différence de prix entre les emplacements de cette partie du port ou des autres pannes,  qui elles bénéficient de l’électricité est relativement faible.

 

Il devrait être possible de trouver un tarif adapté avec quelques prises sur chaque ponton permettant ainsi aux bateaux de recharger leur batterie , de faire quelques travaux électriques, etc…

 

Croyez bien que c’est un souci permanent de l’APAR et qu’à chaque occasion nous rappelons la mairie à la nécessité de faire un effort sur cette partie du port.

 

Vous savez que cette année des travaux importants ont été réalisés, notamment en ce qui concerne les catways du quai A ; le dragage également a été entrepris et le câblage changé.

 

Restera à savoir ce que deviendront les réserves de la SAGA, plus de 2.000.000 d’euros,  car il va falloir maintenant liquider la SEM, indemniser les porteurs de parts.

 

Il est en effet important que la régie puisse continuer à avoir des finances lui permettant  de poursuivre les travaux et peut être dans un avenir plus ou moins lointain construire le 3ème bassin qui nous avait été promis par toutes les listes lors des élections municipales et qui se trouvent maintenant suspendues.

 

Chers amis, nous vous attendons maintenant nombreux lors des nautiques ; notez bien les journées des 11 et 12 juin après-midi où nous aurons le stand. Nous vous y accueillerons mais nous souhaitons également vous y voir participer.

 

Venez quand vous pouvez ; il n’y a aucune obligation mais il y a un souhait de se retrouver entre plaisanciers et de nous faire connaître car nous sommes  là pour vous défendre pour faire remonter vos désidératas  en toute objectivité, ce qui doit être bien compris par tous.

 

Il convient de bien comprendre que faire remonter les problèmes, insister notamment sur l’état du port, les désagréments que nous pouvons subir par de nombreux marchés, des voitures qui abiment le dallage, etc… ne fait pas de nous des opposants politiques .

 

Nous sommes  tout à fait en dehors de ces considérations ; nous sommes simplement là pour permettre l’amélioration et faire du port d’Argelès un lieu très agréable comme il l’est déjà en grande partie.

 

 

 

Bien amicalement à tous,

 

Robert RIVES

 

 

 


06/06/2016
0 Poster un commentaire


Recherche

Vous recherchez ? :